#3 Dossier : Faut-il acheter des actions Air France-KLM ? ✈️ 🇫🇷 🤷‍♂️

Bonjour à toutes & à tous 🤗

Dans cette édition, nous allons voir si Air France-KLM peut être un bon investissement ?

Le but de cette édition est de vous donner un exemple concret et de mettre en application Les 3 questions que vous devez systématiquement vous poser quand vous souhaitez acheter une action en Bourse.

Mon but c’est de vous donner une grille de lecture que vous pourrez adapter à vos futurs investissements. Libre à vous de trouver cette idée bien ou pas.

Assez parlé, passons au concret !


Résumé de l’article : (Temps de lecture 1 minute)

Malgré une bonne équipe dirigeante, Air-France KLM c’est Non 🙅‍♂️. Vous pouvez si vous voulez acheter des billets d’avion 🛫 pour partir sous les cocotiers 🌴 mais je vous conseille fortement d’éviter les actions Air France-KLM.

C’est un Non car avec une potentielle augmentation de capital, il est impossible de déterminer la vraie valeur des actions (il y a de fortes chances qu’elles ne valent plus rien). Par ailleurs, les ennuis ne sont peut être pas finis. En effet si la crise dure, l’endettement pourrait encore augmenter et dégrader encore plus la situation financière du groupe.

Actuellement le secteur aérien est dans une crise très grave (la plus grave qu’il a jamais traversée). L’activité va bien finir par se redresser car les gens ont, et auront toujours envie de voyager. Les perspectives à long terme restent bonnes.

Cependant, le moment de la reprise du secteur, ainsi que la rapidité de cette reprise, sont pour le moment très incertains. Il est pour le moment très difficile de prévoir quand Air France-KLM va redevenir rentable, dans 2 ans, dans 4 ans ? Personne ne sait. Etant donné que les marges dans le secteur aérien sont faibles, et qu’il faut un taux de remplissage élevé pour que les compagnies fassent des bénéfices, le retour à la normale pourrait prendre du temps.

En conclusion, même si l’action est au plus bas, on ne peut pas dire si c’est un bon prix ou pas. La perspective d’une forte dilution des actionnaires d’Air France-KLM est un élément très négatif, même si les résultats s’améliorent plus vite que prévu.

RIP l’action Air France-KLM.

La revue complète ⤵️


Air France-KLM c’est quoi ? 🕵️

Air France-KLM figure parmi les plus importantes compagnies aériennes mondiales. Le chiffre d’affaires par activité se répartit comme suit :

  • Transport de passagers et de fret (85,6 %) : 104,2 millions de personnes et 1,1 Mt de marchandises transportées en 2019 ;

  • Prestations de maintenance (7,9 %) ;

  • Transport de passagers à bas prix (6,4 % ; Transavia) : 16,6 millions de personnes transportées ;


A fin 2019, le groupe dispose d'une flotte de 554 avions (dont 224 détenus en propre et 330 en location) répartis entre les flottes nationales Air France (302), KLM (172) et Transavia (80).

En termes de zones géographiques, voici la répartition du chiffre d’affaires du groupe, France 31,3 %, Europe (hors France et Benelux) 18,9 %, Benelux 16,6 %, Amérique du nord 13,2 %, Océan Pacifique 5,2 %, Afrique 4,4 % et Moyen Orient 2,2 %.

Fini les présentations, au boulot ⤵️


1/ Est-ce que Air France-KLM est une “bonne entreprise” ? ✅


Point important : Air France-KLM est une valeur cyclique. Quand l’économie va bien, beaucoup de personnes voyagent (et donc c’est bon pour Air France), quand l’économie va moins bien (ou qu’il y a un coronavirus 😷 ) les gens voyagent beaucoup moins, voire plus du tout (et c’est la cata pour Air France)!


Tout d'abord, les produits : Que fait l’entreprise ? Est-ce que ses produits sont d’avenir ? Comment se démarque-t-elle de la concurrence ? Ses produits sont-ils meilleurs que tout le monde ?


Le business d’Air France-KLM est assez simple à comprendre. 92 % de son chiffre d’affaires provient directement du transport de passagers. Elle fait aussi un peu de maintenance (8 % de son chiffre d’affaires), mais sa principale activité reste le transport de passagers.

Air France-KLM n’offre pas spécialement des produits d’avenir. Voyager en avion est un produit intemporel (tant qu’on a pas inventé un meilleur moyen de transport).

Est-ce que le voyage en avion est d’avenir dans le contexte écologique actuel ? C’est une bonne question.

Ma réponse est que sur les courtes distances, où l’avion est déjà en concurrence avec le train, il n’est pas impossible que des gouvernements mettent en place de nouvelles taxes pour favoriser le train plutôt que l’avion. En gros, Paris-Dijon en avion, c’est peut être pas d’avenir.

Cependant, sur les longues distances, l’avion a toujours (et n’est pas près de perdre) un monopole technologique. Il existe en effet peu d’alternatives crédibles pour faire Paris-New York autre que par l’avion. En effet, tout le monde ne peut pas (à l’instar de Greta Thunberg) faire Paris-New York en 2 semaines. L’avion reste pour le moment le moyen le plus efficace pour voyager sur de longues distances.

Donc, malgré le contexte actuel, je pense que l’avion a encore de beaux jours devant lui.

Sur le dernier point par rapport à la concurrence, je ne pense pas que Air France-KLM fasse particulièrement la différence. Dans ce secteur, la différence se fait souvent sur des détails (la qualité des fauteuils, l’attention des hôtesses etc etc) et je pense que Air France-KLM fait un bon travail, sans pour autant faire une grande différence par rapport aux autres.

Dans ce secteur, les principaux critères de choix pour les passagers sont souvent le prix, le programme de fidélité, la durée du vol et la réputation de la compagnie. Chaque compagnie a généralement, pour un public donné, des avantages que les autres compagnies n’ont pas. Par exemple, depuis la France, Air France propose un grand choix de destinations par rapport à ses concurrents.

Une chose est sûr, Air France-KLM est la plus grosse compagnie aérienne au départ de la France et des Pays-Bas. Elle détient dans ces deux pays une position dominante qui fait qu’elle capte une large part du marché.

Ce qui revient à comprendre que ces deux sont clés pour le groupe.

Ce qu’il faut retenir : Air France-KLM est une des grandes compagnies aériennes nationales du secteur. Elle est principalement exposée au transport de passagers depuis l’Europe.


La direction : Est-ce que les dirigeants gèrent bien l’entreprise ? Est-ce que l’équipe dirigeante est en place depuis longtemps ?


Depuis 2018, le groupe est dirigé par Ben Smith. Le nouveau PDG a fait un très beau travail de redressement et de recentrage de l’activité (à la différence de nombreux autres PDG qui l’ont précédé). Il a mené de nombreuses réformes qui allaient dans le bon sens avec l’approbation des pilotes et des syndicats (une prouesse). Ben Smith a notamment fait un gros travail pour fermer les lignes déficitaires, et pour booster l’activité de Transavia (filiale à bas coûts la plus rentable du groupe).

Ce qu’il faut retenir : Par rapport aux directions précédentes, Air France-KLM a désormais une équipe dirigeante de premier choix. C’est un bon point pour le groupe.


Le secteur : Est-ce que l’entreprise évolue dans un secteur d’avenir ? Ou un secteur classique ? Ou encore dans un secteur en déclin ? Où sera ce secteur dans 5 ans ? dans 10 ans ?


Avant la crise liée au coronavirus, les perspectives étaient très bonnes. En effet, selon les prévisions réalisées par Boeing et Airbus en 2019, à l’horizon 2037-2038, les compagnies aériennes devraient transporter plus de 8 milliards de passagers par an – soit deux fois le nombre actuel de passagers.

Un détail intéressant, le trafic aérien a historiquement doublé tous les 15 ans, et ce malgré les crises.

Cependant, la crise du secteur aérien a fortement perturbé cette croissance et devrait avoir un impact négatif tant qu’un remède/vaccin contre le Covid ne sera pas trouvé.

En effet, le transport de passagers est en ce moment au plus bas. Selon Eurocontrol, le trafic aérien va chuter de 55% en 2020 par rapport à l'année dernière (c’est énorme!).

Cette chute n’est pas dû à un problème économique (les passagers ont toujours les moyens de voyager), mais est due aux restrictions gouvernementales et à une peur (légitime) d’attraper le Covid.

Tant que ces 2 obstacles n’auront pas disparu, le secteur des compagnies aériennes risque de rester en fortes difficultés.

Cependant, d’ici 5 ans, il est fort probable que le Coronavirus soit derrière nous. Par ailleurs, il est aussi probable que lorsque tout cela sera fini, le transport de passagers redémarre fortement. La question, c’est quand ?

Selon pas mal d’acteurs du secteur, la reprise devrait être lente (en réalité, ils n’en savent rien, il font juste preuve d’une extrême prudence). Pour l’instant, tout le secteur est plus ou moins bloqué, et la seule réelle porte de sortie restera de trouver un vaccin contre le Covid.

Le vaccin sera clairement pour ce secteur, la seule chose qui leur permettra de voir la lumière au bout du tunnel 💡

Cette crise peut être aussi vue comme une opportunité pour les plus grosses compagnies. En effet, Air France-KLM a reçu un large soutien financier de la part des états français et néerlandais, et pourrait donc en profiter pour racheter des concurrents.

Concernant l’écologie, le secteur devrait continuer sa mutation vers des avions qui consomment de moins en moins. Il est difficile de prévoir si des états vont mettre en oeuvre des mesures pour empêcher les gens de voyager au nom de l’écologie (j’espère que ça n’arrivera jamais).

Ce qu’il faut retenir : Actuellement le secteur aérien est dans une crise très grave (la plus grave qu’il n’a jamais traversée). L’activité va bien finir par se redresser car les gens ont, et auront toujours envie de voyager. Les perspectives à long terme restent bonnes. Cependant, le moment de la reprise du secteur, ainsi que la rapidité de cette reprise, sont pour le moment incertains.


Les résultats : Est-ce que le chiffre d’affaires est en croissance ? Est-ce que les résultats sont attendus en croissance sur les prochaines années ? Est-ce que l’entreprise est très rentable ?


D’un point de vue résultats, Air France-KLM a souvent déçu les investisseurs. Comme vous pouvez le constater, même si le chiffre d’affaires a augmenté de manière régulière sur les 3 dernières années, le résultat net a évolué en dents de scie. Je ne parle même pas de la perte qui est attendue en 2020 (5,3 milliards d’euros au moins).

Pourquoi ? Pour principalement 2 raisons :

  • La première est interne. Il faut tout d’abord savoir que Air France-KLM c’est deux compagnies gérées de manières distinctes, rassemblées dans un groupe, Air France-KLM. D’un côté vous avez KLM, qui est une compagnie bien gérée et très rentable (Le résultat d’exploitation d’Air France est quatre fois inférieur à celui de KLM). De l’autre, vous avez Air France, compagnie peu rentable en raison de nombreux conflits sociaux et du pouvoir trop important des syndicats. Les résultats ont par exemple été fortement impactés en 2018 par les grèves.

  • La deuxième est liée au fonctionnement du secteur. Dans le secteur aérien, la rentabilité se fait principalement sur le taux de remplissage des avions. Selon l'Association internationale du transport aérien (Iata), le seuil de rentabilité pour les compagnies aériennes est un taux de remplissage de 77%. C’est à dire que si l’avion n’est rempli qu’à 75 %, la compagnie perd de l’argent sur ce vol. A l’inverse, plus le taux de remplissage est proche de 100 %, plus la compagnie est rentable (C’est d’ailleurs pour cette raison que certaines compagnies font du surbooking, afin de maximiser le taux de remplissage de leurs avions). Et donc, dès que l’activité est légèrement moins bonne, certaines compagnies ne font plus de bénéfice, mais font des pertes. Une saison touristique qui est juste 5 % moins bonne que l’an dernier peut avoir un impact très important sur la rentabilité d’une compagnie aérienne.

Ce qu’il faut retenir : La rentabilité d’une compagnie aérienne est très liée à la santé de l’économie. A la moindre petite faiblesse, un compagnie aérienne peut ne plus être rentable (ce sont des entreprises très cycliques). Ce sont généralement des entreprises fragiles, surtout les plus petites. Par ailleurs le contexte social chez Air France avant 2019 a pénalisé les performances du groupe.

Sur les prochaines années, le chiffre d’affaires est évidemment attendu en croissance (après -55 % en 2020 c’est facile de faire mieux 😎 ). Cependant, comme évoqué précédemment, le timing de la reprise est encore très incertain.

Ce qu’il faut retenir : il est pour le moment très difficile de prévoir quand Air France-KLM va redevenir rentable, dans 2 ans, dans 4 ans ? Personne ne sait. Etant donné que les marges dans le secteur aérien sont faibles, et qu’il faut un taux de remplissage élevé pour que les compagnies fassent des bénéfices, le retour à la normale pourrait prendre du temps.


2/ Est-ce que l’action Air France-KLM est à un bon prix ? ✅


Pour Air France, l’analyse du PER n’a pas de sens car la compagnie a fait des pertes par le passé, car elle va faire une perte énorme en 2020, et car les PER futurs dépendent de prévisions totalement hypothétiques.

En temps normal, les compagnies aériennes ont souvent des PER faibles. Pourquoi ? Car ce sont des entreprises bien plus risquées que la moyenne.

Un chiffre plus intéressant est selon moi la capitalisation boursière. En ce moment, Air France-KLM vaut en bourse juste 1,2 milliard d’euros. Certes c’est une somme, mais ce n’est rien par rapport à ce qu’elle valait en 2019 (4,2 milliards d’euros).

La raison ? les investisseurs ne donnent pas cher de la peau d’Air France-KLM.

En effet, pendant la crise, les Etats Français et Néerlandais ont prêté plus de 10 milliards d’euros au groupe pour survivre. Cela s’est traduit par une hausse importante de l’endettement du groupe, et cela risque de pénaliser fortement la rentabilité du groupe. En effet, même si le chiffre d’affaires revenait rapidement au niveau d’avant crise, les bénéfices seraient diminués des intérêts de la dette (qui ont beaucoup augmenté) que va devoir payer le groupe à ses créanciers.

Cette énorme dette n’est pas soutenable pour le groupe. C’est pourquoi beaucoup d’investisseurs anticipent que les états français et néerlandais vont accepter de convertir une partie de leur dette en actions du groupe. Ainsi le groupe aura une dette beaucoup moins importante à rembourser, et aura plus de chance de survivre.

Convertir une partie de la dette en actions du groupe, c’est très bien pour Air France-KLM, mais c’est cependant très mauvais pour les actionnaires. En effet, si les états convertissent une partie de leur dette en capital, la valeur de l’entreprise va rester la même. Cependant, les actionnaires qui détenait ensemble 100 % du capital, n’en détiendront plus 100 %.

Prenons un exemple. Air France vaut en ce moment en bourse 1 milliard d’euros. Si les états français et néerlandais décident de convertir la moitié de la somme qu’ils ont prêté au groupe, c’est à dire 5 milliards sur les 10 milliards, le nouvel actionnariat sera de 1 milliard (les actionnaires actuels) + 5 milliards (les nouveaux actionnaires). Avant les actionnaires (le 1 milliard) détenait 100 % de Air France-KLM, après la dilution, il n’en détiendront que 16,67 % (1/6e). Et ça change tout. Ca veut dire que les anciens actionnaires n’auront plus droit à 100 % des bénéfices mais seulement 16,67 %.

Ce risque est donc un très mauvais point. Les actionnaires actuels ne savent pas à quelle sauce ils vont être mangés. Est-ce que les états vont convertir 4 milliards, 6 milliards ou 8 milliards, on en sait rien pour le moment et c’est la raison pour laquelle le cours d’Air France-KLM est aussi bas.


En conclusion, même si l’action est au plus bas, on ne peut pas dire si c’est un bon prix ou pas. La perspective d’une forte dilution des actionnaires d’Air France-KLM est un élément très négatif, même si les résultats s’améliorent plus vite que prévu.

Et le newsflow ? ⤵️


3/ Est-ce que Air France-KLM va bénéficier d’un “newsflow positif” sur les prochaines années ?


Oui & Non.

Les bonnes nouvelles seraient pour Air France-KLM :

  • Un vaccin. Plus vite un vaccin sera mis sur le marché plus vite elle pourra reprendre ses activités

  • Une reprise du trafic aérien bien plus forte que prévu. Pour l’instant toutes les prévisions sont extrêmement prudentes, et modélisent une reprise lente

  • Des résultats financiers moins pires que prévu. On sait que les résultats vont être très mauvais. S’ils étaient juste “mauvais” et pas “très très mauvais”, ça serait une bonne nouvelle

Cependant, il y a selon moi un potentiel “newsflow négatif” bien plus important :

  • Cette potentielle augmentation de capital est une très mauvaise nouvelle pour les actionnaires

  • Le secteur aérien pourrait mettre du temps à redémarrer par rapport à d’autres secteurs

  • Si la crise dure encore trop longtemps, la situation financière ne va faire que s’aggraver pour Air France-KLM.


⛔️ En conclusion, Air-France KLM c’est Non 🙅‍♂️. Non car avec cette potentielle augmentation de capital, il est impossible de déterminer la vrai valeur des actions (il y a de fortes chances qu’elles ne valent plus rien). Par ailleurs, les ennuis ne sont peut être pas finis. En effet si la crise dure, l’endettement pourrait encore augmenter et dégrader encore plus la situation financière du groupe.


Acheter une action Air France-KLM revient… à vouloir perdre de l’argent ;) !


Analyser Air France-KLM m’a fait repenser à un critère que j’avais oublié (et que j’ajoute à la liste des questions à se poser avant d’investir) :

  • Investir dans des entreprises qui ne doivent rien à l’Etat et qui n’en attendent rien. (un bon moyen d’éviter les mauvaises entreprises)


Si vous souhaitez découvrir en permanence des idées d’investissement, et avoir accès chaque samedi à notre “Point Marchés par Fortress” afin de mieux comprendre l’évolution de la Bourse, découvrir les secteurs à éviter et ceux qui peuvent être intéressants, il suffit de rejoindre notre communauté Premium ⤵️


Pour découvrir chaque semaine nos idées d’investissement 👇


Rejoindre le Fortress Club 📈


À votre tour !

  1. Qu’avez-vous pensé de cette newsletter ?

  2. Avez-vous des entreprises en tête dans lesquelles vous avez envie d’investir ? Dites moi en commentaire, on en parle !

  3. Vous pensez que cette édition peut servir à quelqu’un ? Cliquez sur le petit coeur ❤️ et partagez :

Share


En conclusion

J’espère que ce 3e “dossier spécial” avec un exemple concret de mauvais investissement vous aura aidé à mieux comprendre certains concepts.

Si vous avez la moindre question, n’hésitez pas à m’écrire à

mathieu@fortress-newsletter.com

Je vous répondrai avec grand plaisir !

Mathieu


Et n’oubliez pas… Soyez conscient(e) des risques.

Tous les investissements (en bourse ou ailleurs) comportent des risques de perte en capital. Plus un investissement peut rapporter, plus il est risqué. N’investissez que l’argent dont vous n’avez pas besoin. Les informations présentées dans notre newsletter ou sur notre site vous sont communiquées à titre purement informatif et ne constituent ni un conseil d’investissement, ni une offre de vente, ni une sollicitation d’achat. Cette newsletter est faite pour ceux qui souhaitent se lancer dans le monde de l’investissement. Il est primordial de toujours réfléchir avant d’agir dans ce domaine.