🏰 #65 - Une pĂ©pite de la logistique Ă  connaĂźtre đŸš€đŸ€«

Bonjour Ă  toutes & Ă  tous,

Dans cette Ă©dition, je fais le point sur une valeur qui pourrait devenir une pĂ©pite de la logistique. C’est une valeur Ă  fort potentiel, mais avec certains risques. J’explore dans ce point les diffĂ©rents catalyseurs qui vont faire dĂ©coller ou pas cette entreprise en Bourse.

Temps de lecture : 15 mins.



La version Podcast 🎧

Cet article est aussi disponible en version podcast sur YoutubeSpotifyApple Podcasts et sur notre site Anchor.


Balyo en bref 👇


BALYO est spécialisé dans la conception, la fabrication et la commercialisation de chariots de manutention robotisés adaptés à toutes les applications logistiques. Le groupe propose des gerbeurs, des tracteurs, des transpalettes, etc. qui sont capables de percevoir leur environnement, d'interagir avec les éléments qui le composent, et de prendre des décisions de maniÚre autonome.

Dis autrement, Balyo Ă  des solutions pour rendre autonome la logistique dans les entrepĂŽts.

La rĂ©partition gĂ©ographique du chiffre d’affaires est la suivante : Europe-Moyen Orient-Afrique (83,4%), AmĂ©riques (10%) et Asie-Pacifique (6,6%).

2 partenariats clĂ©s 🗝

Balyo a nouĂ© 2 partenariats stratĂ©giques avec 2 constructeurs de chariot, Kion đŸ‡©đŸ‡Ș (marques Linde & Fenwick, n°2 mondial, n°1 en Europe) & Hyster-Yale đŸ‡ș🇾 (n°2 amĂ©ricain).

PlutĂŽt que de construire eux-mĂȘmes des chariots, Balyo ajoute sa technologie (un kit) de conduite autonome Ă  des chariots existants produits en grande sĂ©rie.

In fine, c’est un crĂ©neau similaire que tente d’occuper dĂ©sormais Navya (pour rappel notre dossier sur Navya). Alors que Navya a tentĂ© de faire dĂšs le dĂ©part le Hardware et le Software, pour finalement se recentrer uniquement sur le software, Balyo fait presque uniquement le software depuis le dĂ©but.

Les avantages ? Le groupe ne s’occupe pas de la partie mĂ©canique et profite des rĂ©seaux commerciaux des 2 groupes pour vendre ses chariots autonomes.

Les deux partenaires sont aussi prĂ©sents au capital de Balyo 👇. Sans doute une maniĂšre pour eux de sĂ©curiser ce partenariat, et faire en sorte qu’un autre fabricant de chariot ne rachĂšte pas l’entreprise et s’approprie en exclusivitĂ© la technologie. C’est un signal encouragent sur la technologie de Balyo, mĂȘme si cela enlĂšve le cĂŽtĂ© “OPA” sur la valeur.

DĂ©jĂ  des clients 👏

MalgrĂ© sa petite taille, Balyo n’est pas qu’une boĂźte de R&D dĂ©tenant une technologie prometteuse.

GrĂące Ă  ses deux partenaires, le groupe a dĂ©jĂ  commercialisĂ© ses produits auprĂšs de nombreux clients Ă  travers le monde. Ses clients sont toutes les grandes entreprises qui dĂ©tiennent de grands centres logistiques.👇

C’est aussi un bon signal, car Ă  la diffĂ©rence d’une entreprise qui dĂ©veloppe une technologie prometteuse
 Mais qui n’est pas commercialisĂ©e, on sait dĂ©jĂ  que les solutions de Balyo intĂ©ressent les professionnels du secteur.

Les quantités de chariots autonomes vendues sont encore faibles, mais ces ventes correspondent davantage à des expérimentations dans certains centres logistiques avant une adoption plus large dans le futur si les tests sont concluants.

Un marchĂ© prometteur 🚀

Selon le PDG, “les entrepĂŽts logistiques sont peut-ĂȘtre les environnements (fermĂ©s) qui se prĂȘtent le plus Ă  une conversion Ă  l’autonomie” (peu de risque ici vs les routes avec des piĂ©tons).

Aujourd’hui, seulement 1% des palettes dans les centres logistiques sont dĂ©placĂ©es via des robots.

Sans dire que d’ici 10 ans, 100% du marchĂ© sera occupĂ© par des robots, si la conversion Ă  l’autonomie atteignait ne serait-ce que 20%, ce serait dĂ©jĂ  une progression de x20 par rapport Ă  aujourd’hui
 C’est donc un immense marché  Avec un grand potentiel 👇

Les rĂ©sultats 2020 🔎

Les faits marquants :
  • Chiffre d’affaires qui s’est maintenu au mĂȘme niveau que l’an dernier ;

  • AmĂ©lioration de la marge brute grĂące au nouveau business model consistant Ă  vendre dĂ©sormais uniquement son kit d’autonomie aux constructeurs + grĂące Ă  la rĂ©solution de nombreux problĂšmes d’installation que la nouvelle gamme avait connu en 2019 + grĂące Ă  une rĂ©duction de la masse salariale.

Une prĂ©cision sur le basculement vers le nouveau business model. Ce basculement n’est intervenu qu’au second semestre 2020, en consĂ©quence, les marges pourraient de nouveau s’amĂ©liorer en 2021.

  • La perte d’exploitation s’est significativement rĂ©duite au second semestre 2020, (-1,1 M€ au S2 vs -6,5M€ au S1 2020).

Ils ne sont pas encore Ă  l’équilibre 👆 mais ils s’en sont proches.

Sur le Bilan 🔍

Balyo a obtenu un PrĂȘt Garanti par l’Etat français (PGE) de 9,5 M€.

CouplĂ© Ă  une bonne gestion de la trĂ©sorerie, le groupe disposait au 31 dĂ©cembre 2020 d’une trĂ©sorerie de 8,8 M€ vs. 4,6 M€ fin 2019.

Compte tenu de ces ressources, le Directeur financier a estimĂ© que Balyo n’avait pas besoin de ressources complĂ©mentaires pour exĂ©cuter son plan sur les 12 prochains mois.

Le risque ici, c’est que si les rĂ©sultats stagnent, le groupe va devoir trouver de nouveaux financements d’ici 1 an. (Surement une levĂ©e de fonds)

D’autres points Ă  avoir en tĂȘte ✏

  • Le fameux contrat avec Amazon. En Janvier 2019, Balyo a annoncĂ© un partenariat de 7 ans avec Amazon, notamment que “Amazon recevra gratuitement des bons de souscription d'actions reprĂ©sentant jusqu'Ă  29% du capital de Balyo, qui pourront ĂȘtre exercĂ©s intĂ©gralement si le groupe amĂ©ricain commande jusqu'Ă  300 M€ de produits intĂ©grant les technologies de la sociĂ©tĂ© française.” Pour l’instant, ce contrat ne s’est pas spĂ©cialement concrĂ©tisĂ©. Amazon est un client parmi d’autres pour Balyo, mĂȘme s’il a un potentiel trĂšs symbolique. Pour vous donner un ordre d’idĂ©e, Amazon a une flotte comparable aux grands logisticiens (qui sont aussi des clients de Balyo).

  • Le partenariat avec Linde permet Ă  Balyo de commercialiser principalement ses solutions en Europe. Celui avec Hyster-Yale lui permet de toucher principalement les US.

  • Le point mort du groupe est autour de 25M€ de chiffre d’affaires. Dis autrement, si Balyo arrive Ă  faire plus de 25 M€ de ventes, elle ne sera plus en pertes, et donc le spectre d’une augmentation de capital s’éloignera.

Un point intĂ©ressant est que grĂące Ă  ses pertes des annĂ©es passĂ©es, les bĂ©nĂ©fices du groupe pourraient ne pas ĂȘtre soumis Ă  l’impĂŽt sur les sociĂ©tĂ©s avant quelques annĂ©es (toujours bon Ă  prendre).

Les résultats du 1er trimestre 2021

  • “TrĂšs bonne dynamique des prises de commandes au T1 2021 : +48% Ă  4,3 M€ vs. T1 2020”

  • “Carnet de commandes Ă  8,7 M€ au 31 mars 2021”

MĂȘme si le titre semblait dĂ©jĂ  ĂȘtre dans un spiral baissiĂšre, c’est peut-ĂȘtre la non-surprise de ces rĂ©sultats qui n’a pas permis de renverser la tendance. MĂȘme si le groupe n’a pas publiĂ© d’objectif, le groupe a fait 22 M€ de chiffre d’affaires en 2020 et son point mort est de 25M€. Si l’on extrapole ces rĂ©sultats sur le reste de l’annĂ©e, c’est en dessous de ces 2 attentes. Il n’y avait pas de surprises positives, d’oĂč la dĂ©ception, lĂ©gitime Ă  mon sens.

Chiffre d’affaires du 1er semestre 2021

  • “Croissance du chiffre d’affaires semestriel de +11% vs. S1 2020”

  • “Prises de commandes de 9,5 M€ au S1 2021, +27% vs. S1 2020”

D’un point de vue rĂ©sultats, mĂȘme si c’est en progression, ce n’est pas extraordinaire. Il ne faut pas oublier que la base de comparaison est favorable avec le S1 2020 (dĂ©but des confinements etc.), d’oĂč la lĂ©gĂšre baisse du titre Ă  la suite de cette communication.


Le bon timing pour revenir ? đŸ€”

AprĂšs avoir touchĂ© les 2,83 € en dĂ©but d’annĂ©e, les rĂ©sultats du premier trimestre 2021, comme les ventes du premier semestre ne semblent pas avoir motivĂ© les investisseurs Ă  se positionner sur le dossier. Le titre semble cependant s’ĂȘtre stabilisĂ© autour des 1,25/1,50 €.

Un élément trÚs important a aussi été la dégradation de la recommandation des analystes de Portzamparc. Portzamparc est un broker appartenant à BNP Paribas spécialisé dans les petites capitalisations. Ses recommandations sont trÚs suivies dans ce segment (car il y en a peu, et ils ont bonne réputation!).

Dans le sillage des rĂ©sultats du 1er trimestre, Portzamparc est passĂ© de conserver Ă  vendre en visant 1,50 €, estimant que la valorisation d’alors reflĂ©tait dĂ©jĂ  la croissance anticipĂ©e sur l’annĂ©e 2021. Étonnamment, c’est vers ce niveau de prix que le cours a finalement arrĂȘtĂ© sa baisse. Si les rĂ©sultats des prochains trimestres Ă©taient encourageants, je ne serais pas surpris de voir ce broker revenir Ă  l’achat.

Que disent les graphiques ? đŸ’č

D’un point de vue graphique, le titre semble en phase de congestion entre deux obliques. Si le titre venait Ă  casser l’oblique du dessus, et dĂ©passer les 1,60 €, cela pourrait ĂȘtre un signe d’une reprise plus durable de la hausse du cours. En consĂ©quence, cela pourrait ĂȘtre un signal pour initier une position Ă  moyen terme. En attendant, le titre est en train de signer un joli rebond depuis son oblique qui semble lui servir de support. Le titre vient de dĂ©passer sa moyenne mobile 50. Un signal intĂ©ressant Ă  confirmer.


Le newsflow Ă  venir âšĄïž

Potentiellement du positif mais le nĂ©gatif n’est pas trĂšs loin.

  • Les rĂ©sultats. C’est l’élĂ©ment central qui va ĂȘtre surveillĂ© pour Balyo. Est-ce que l’entreprise va atteindre (ou se rapprocher fortement) de son point mort ? Si non, cela voudrait dire que le groupe pourrait avoir besoin d’une augmentation de capital d’ici l’an prochain
 Ce qui pourrait entraĂźner le cours de Bourse Ă  la baisse. Le mĂȘme raisonnement inversĂ© serait en revanche trĂšs positif.

  • De nouveaux partenariats ? MĂȘme si le groupe a dĂ©jĂ  2 partenariats solides, l’annonce de nouveaux partenariats serait une bonne nouvelle. (Le nouveau partenariat annoncĂ© en mai avec Korber est un bon signe).

  • De nouveaux clients ? Bien plus important. Alors que le groupe a dĂ©jĂ  des partenariats solides, dĂ©nicher de nouveaux gros clients serait un gros point positif.

  • Un relĂšvement de recommandation de la part de Portzamparc. Alors que la valorisation du groupe a Ă©tĂ© divisĂ©e par 2 depuis le changement de recommandation du broker, et que la valorisation semblait ĂȘtre le principal critĂšre


Ce qu’il faut retenir : Il y a peu de facteurs externes qui vont rĂ©ellement affecter le cours de Bourse de Balyo. Tout va dĂ©pendre de la dynamique des rĂ©sultats. Si le groupe arrive Ă  faire mieux qu’en 2020
 Et si surtout le groupe arrive Ă  dĂ©passer les 25 M€ de chiffre d’affaires (son point mort), le cours de Balyo pourrait changer de dimension. Inversement, il ne faudra pas s’étonner qu’il stagne ou qu’il baisse si les rĂ©sultats stagnent.


Mon avis sur Balyo đŸ‘šâ€âš–ïž


Balyo est une petite capitalisation de 45 M€. À ce titre, c’est une valeur plus risquĂ©e que la moyenne car elle est moins liquide, et elle a un newsflow bien moins fourni que les moyennes ou grandes capitalisations. Il y a trĂšs peu d’analystes qui la couvrent.

Au-delà de cet aspect commun à la plupart des petites valeurs, Balyo a des qualités.

Du cĂŽtĂ© de ses partenaires, Linde s’est engagĂ© sur 14 M€ de commandes sur 2021 et Hyster-Yale semble en voie d’accĂ©lĂ©ration dans la formation de son personnel pour vendre les solutions de Balyo.

L’entreprise semble proche d’atteindre son point mort. Cela va ĂȘtre le principal enjeu des prochaines publications. Si le groupe y arrive, ça enlĂšverait le risque d’un nouveau financement dilutif (mauvais pour les actionnaires). Le groupe semble avoir suffisamment de trĂ©sorerie pour les 12 prochains mois. C’est donc un risque Ă  prendre en compte
 Tant que les rĂ©sultats ne se seront pas amĂ©liorĂ©s.

D’un point de vue plus long terme, l’entreprise semble ĂȘtre sur un marchĂ© trĂšs prometteur. Le point rassurant est qu’elle travaille avec 2 partenaires de choix, le n°1 europĂ©en et le n°2 amĂ©ricain qui l’aident Ă  commercialiser sa solution. Par ailleurs, sa technologie semble dĂ©jĂ  mature et fonctionnelle, et le seul Ă©lĂ©ment vraiment bloquant pour une explosion des ventes semble ĂȘtre l’adoption de cette technologie par les clients.

Ces clients investissent continuellement des sommes trĂšs importantes, ce n’est pas un problĂšme financier. En revanche, adopter les produits de Balyo demande du temps et certainement des adaptations. Dans le futur, je ne serais pas Ă©tonnĂ© que certains logisticiens conçoivent dĂšs le dĂ©part des entrepĂŽts adaptĂ©s aux chariots autonomes de Balyo. C’est pour cette raison que je pense que le marchĂ© de Balyo pourrait croĂźtre en 2 temps : Une premiĂšre phase d’adoption dans les entrepĂŽts actuels avec une adaptation soft (la phase actuelle). Et dans un second temps, une adoption plus large avec des entrepĂŽts conçus dĂšs le dĂ©part pour les chariots autonomes.

Balyo semble avoir toutes les cartes en main (avec ses partenaires) pour faire croßtre ses ventes sur les prochaines années. Balyo ne vend que quelques centaines de ses kits autonomes par an pour le moment


Son potentiel est d’en vendre des centaines par mois d’ici une dizaine d’annĂ©es. Le groupe a donc le potentiel de valoir bien plus que 40 M€


Quand va rĂ©ellement dĂ©coller ce marchĂ© ? C’est une question trĂšs difficile. Ce qu’on peut jouer actuellement sur Balyo, c’est dĂ©jĂ  l’atteinte de son point mort. Si le groupe arrive Ă  atteindre ce point mort en 2021, il pourrait trouver plus facilement des ressources pour se dĂ©velopper
 Et le risque d’une augmentation de capital reculerait.

En consĂ©quence, pour une position de long terme, je ne trouve pas opportun de constituer tout de suite une vraie position. Tant que l’atteinte du point mort et le risque de dilution ne sont pas derriĂšre nous, il est prĂ©fĂ©rable de n’avoir qu’une petite position (1/4 de position par exemple).

À plus court terme, le titre semble ĂȘtre en phase de rebond aprĂšs sa petite chute suite au chiffre d’affaires du 1er semestre. Si le titre arrive Ă  casser son oblique par le haut (autour des 1,60 €), cela pourrait ĂȘtre un signal d’achat pour jouer un rebond vers les 1,74 €. Le titre devra repasser au-dessus de ses moyennes mobiles Ă  200 jours et 100 jours pour aller au-delĂ  de ce rebond. Le titre vient de dĂ©passer ses moyennes mobiles 20 et 50 jours. Un signal encourageant.


À titre personnel ✍

J’ai une petite position long terme en Balyo dans mon PEA. Je renforcerai cette position lorsque le groupe aura atteint son point mort.


N’hĂ©sitez pas Ă  partager ❀

Vous pensez que cette Ă©dition peut servir Ă  quelqu’un ? Cliquez sur le petit cƓur ❀ et partagez :

Share


AccĂ©der au contenu Premium 💎

Avec la version Premium, vous recevrez chaque semaine des dossiers dĂ©taillĂ©s sur des idĂ©es d’investissement, et vous aurez accĂšs Ă  nos portefeuilles et Ă  la communautĂ©. ✅

La version Premium est Ă  60€/an, soit 5€/mois ou 1€/semaine. âŹ‡ïž

Vous pouvez aussi nous tester avec la formule mensuelle à 8€/mois.

S'abonner ✅


J’espĂšre que ce nouveau point vous aura Ă©tĂ© utile et vous permettra de mieux cerner les enjeux de cette valeur. đŸ’â€â™‚ïž

Si vous avez la moindre question n’hĂ©sitez pas Ă  m’écrire Ă  —

mathieu@fortress-newsletter.com

Au plaisir d’échanger avec vous,

Mathieu Bouchant


Et n’oubliez pas
 Soyez conscient(e) des risques.

Tous les investissements (en bourse ou ailleurs) comportent des risques de perte en capital. Plus un investissement peut rapporter, plus il est risquĂ©. N’investissez que l’argent dont vous n’avez pas besoin. Les informations prĂ©sentĂ©es dans notre newsletter ou sur notre site vous sont communiquĂ©es Ă  titre purement informatif et ne constituent ni un conseil d’investissement, ni une offre de vente, ni une sollicitation d’achat. Cette newsletter est faite pour ceux qui souhaitent se lancer dans le monde de l’investissement. Il est primordial de toujours rĂ©flĂ©chir avant d’agir dans ce domaine.